Consommation responsable.

Si je vous disais que vous possédiez un super-pouvoir capable de sauver le monde. Vous me demanderiez lequel? Changer vos habitudes de consommation ! Ces dernières peuvent changer la donne et pourtant beaucoup de monde les ignorent encore. Alors si vous souhaitez adopter une consommation plus responsable, vous êtes au bon endroit !

ethnic woman entering house with cardboard boxes
Photo by Liza Summer on Pexels.com

Commander sur Internet de manière éco-responsable.

Oui, commander sur internet n’est pas tout vert. Chaque commande génère une livraison qui est très et trop polluante de nos jours. Un livreur qui passe par chez vous sans pouvoir vous livrer, repassera sûrement le lendemain ou déposera votre colis en point relais. Cela peut sembler être négligeable. Et pourtant, avec plus d’1 milliard de transactions réalisées chaque année sur internet, ces petits détours se comptent en millions. Un petit calcul simple : un détour de 10km rejette environ 1kg de CO2 dans l’atmosphère, 1kg de CO2 multiplié par 1 millions de détours égale 1 millions de kilos de CO2 rejeté, soit 1000 tonnes de CO2. Une tonne de CO2 correspond à l’empreinte carbone moyenne d’une personne d’un pays industrialisé pendant un mois. 

Je ne vous demande pas d’arrêter de commander sur Internet mais simplement de prendre conscience de la réalité. Il est possible de continuer à acheter en ligne tout en limitant son empreinte carbone.

Pour commencer, il faut éviter de choisir une livraison rapide. Pourquoi ? Tout simplement car pour vous livrer à temps, certains transporteurs n’hésitent pas à envoyer des camions à moitié plein si ce n’est moins. Je ne vais pas vous refaire le calcul, vous comprendrez l’impact environnemental que cela représente. 

Privilégiez plutôt la livraison en point relais. Encore mieux, choisissez votre voisin pour recevoir vos colis. Vous éviterez de prendre la voiture et avec un peu de chance, il vous offrira le café. 

Actuellement, nous connaissons un essor des e-commerces éco-responsables. Pourquoi ne pas commander chez eux ? Chez Welco, nous soutenons ces initiatives. Et en plus, il existe de tout ! Du simple T-shirt en passant par les parfums jusqu’à l’électroménager reconditionné. 

En résumé, la recette miracle pour commander en ligne tout en limitant son empreinte carbone se compose seulement de deux ingrédients : un article « made in France », recyclé et bio ; une livraison chez un relais particulier à 200m de chez soi. 

Manger de manière engagée et responsable. 

De nos jours, manger c’est comme un droit de vote. Je ne vous apprends rien mais si tout le monde mange comme un Européen ou un Américain, il faudrait 3 fois la Terre pour nourrir tout le monde. Il est important de prendre conscience que son repas de tous les jours a un impact sur l’environnement. 

Quelle est la différence entre manger des fraises françaises et manger des fraises espagnoles ? 

Pour commencer, le critère numéro 1 des consommateurs, le prix ! Les fraises espagnoles sont moins chères. Mais quel est le coût environnemental d’acheter des fraises espagnoles à la place des fraises françaises ? 

Passons aux chiffres. Partons de l’Andalousie, là où poussent les fraises espagnoles jusqu’à Lyon. 1500km séparent ces deux localisations. Le Lot-et-Garonne est le premier département français producteur de fraises. Il est environ à 500km de Lyon.  

1000km de transport évité, c’est 100kg de CO2 en moins dans l’atmosphère. Il faut encore qu’un certain nombre de personnes agissent pour qu’un camion entier ne parte plus d’Espagne. 

De plus, certaines exploitations agricoles sous-payent et emploient des migrants dans le but de faire des économies.

Acheter et consommer local, c’est assurer la pérennité de nos agriculteurs français tout en luttant contre le réchauffement climatique. Et en plus, on ne va pas se mentir mais les fraises françaises ont meilleur goût que les fraises espagnoles.

En résumé, manger français, c’est voter en faveur de nos agriculteurs et de l’environnement. 

S’habiller de manière réfléchie 

Oui, le monde du textile est un enjeu environnemental majeur pour lutter contre le réchauffement climatique. 25% des pesticides dans le monde sont utilisés pour cultiver le coton. Heureusement, il existe des alternatives, et beaucoup d’entre nous les connaissent déjà. 

Mais avant tout de chose passons par les chiffres. 

Un T-shirt parcourt en moyenne 40 000km avant d’être vendu. Je vous laisse imaginer l’empreinte carbone de ce dernier étant donné que cela représente 4 000kg de CO2 pour un transport routier et 12 000kg de CO2 s’il s’agit d’un transport aérien 

Alors, oui, il faut agir ensemble car un avion transporte bien plus que quelques t-shirts. 

Mais comment agir, quelles sont les alternatives pour être à la mode tout en limitant son empreinte carbone ? 

La mode de seconde main, les friperies, Vinted… Achetez vos vêtements d’occasion est la meilleure solution pour votre planète et votre porte-monnaie. En plus, certains modèles sont uniques et rendront votre style admirable. 

Si vous préférez le neuf, optez pour des marques engagées françaises qui produisent des vêtements de manière recyclé. L’upcyling vous connaissez ? Il consiste à récupérer des matériaux ou des objets sans aucun usage pour les transformer en objet avec un valeur d’usage plus élevé. Beaucoup de nouvelles marques françaises récupèrent des chutes de tissus pour en faire des vêtements. 

Vous pouvez également réparer vos vêtements. Les couturières existent toujours, je vous le promets. 

Dernière alternative à la mode, louez vos tenues qui vont serviront qu’une soirée. Au lieu de les laisser mourir dans votre placard. 

Je n’ai pas parlé de l’esclavagisme présent dans le monde de la mode mais lorsque vous agissez de manière durable, vous luttez également contre ce dernier.

En résumé, achetez de l’occasion et du « Made in France ». Louez vos costumes de soirée. Et surtout, évitez les soldes… Ils représentent 100 milliards d’habits achetés par an, dont 70% ne seront pas porté. Pensez écologie, pensez économie. 

Maintenant que vous connaissez tout ça, c’est à vous d’agir. Mangez français, utilisez une livraison chez votre relais particulier le plus proche et achetez des vêtements de seconde main. 

Mais surtout parlez-en autour de vous. La connaissance est le premier pas vers une consommation plus réfléchie.