Les Welkers deviennent les Welcœurs

  • Post category:News

Joyeuse Saint-Valentin à tous ! En ce jour où l’on célèbre l’amour, Welco a décidé de déclarer sa flamme à sa communauté. En effet, elle s’agrandit de jour en jour donc nous souhaitons la mettre à l’honneur. Vous vous posez peut-être la question : “Pourquoi le nom Welcœur ?” Et bien c’est très simple : Welco a la chance d’avoir une communauté de personnes bienveillantes, solidaires et généreuses. C’est ce que le mot “cœur” représente. Alors chers Welcœurs, si vous nous lisez, MERCI ! 

30 000 mercis !

À cette occasion, nous avons choisi de dresser le portrait d’un de nos Welcœurs les plus dévoué : Stéphane Bertrand ! Nous avons eu le plaisir de le contacter afin d’échanger sur son aventure au sein de Welco…

D’électricien à Welcœur, il n’y a qu’un pas !

Stéphane Bertrand, ancien électricien, a tout quitté pour travailler dans le marketing relationnel. Ce père de 3 enfants vivant à Caudry, dans le Nord, travaille désormais pour JoliMoi, une plateforme en conseils beauté. Chaque jour, il fait la promotion de produits de beauté et parle de son activité d’indépendant. Sa nouvelle vie se passe désormais sur les réseaux sociaux ! Nous l’avons remarqué lorsqu’il nous a mentionnés sur Instagram pour parler de notre concept, étant lui aussi relais particulier !

Welco, une découverte sur les réseaux sociaux 

C’est en décembre dernier que Stéphane découvre Welco, grâce à un de nos posts sur Instagram. À cet instant, nous avons “suscité sa curiosité” explique-t-il. “J’ai trouvé le concept innovant, ça joue un réel rôle sur l’empreinte carbone. En plus de ça, j’aime aider les gens au quotidien”, il ajoute. Quelques jours plus tard, Stéphane entrait dans notre communauté de 30 000 Welcœurs ! 

Devenir relais particulier avec Welco

Nous avons demandé à Stéphane quels seraient les 3 mots qui selon lui, décrivent le mieux Welco. Voilà sa réponse : “Tout d‘abord je dirais à l’écoute. L’équipe est toujours présente si on a des questions, notamment avec les échanges sur WhatsApp”. En effet, grâce à Solène, nous sommes présents au quotidien pour nos Welcoeurs et prenons en compte leurs besoins. Stéphane continue avec le mot “développement”, puisque Welco est une start-up née en 2018. Ce concept a vu le jour suite à l’idée innovante de Romain BARRAUD. Enfin, notre Welcœur ajoute le mot “entraide”. En effet, Welco permet de dépanner vos voisins en récupérant leurs colis, sans courir après un livreur. “Mais il y en aurait tellement plus à dire !” ajoute-t-il [Rires]. 

À quoi ressemble le quotidien d’un Welcœur ?

À partir du moment où Stéphane a décidé de devenir Welcœur, tout est allé très vite. “La procédure ne prend que quelques minutes et c’est super facile !”. Il a donc commencé à recevoir des colis après quelques jours d’attente. « L’échange avec le livreur et les gens se passent très bien. Ils sont courtois et le livreur est très arrangeant !”. Il explique ensuite : “Les gens sont contents du concept Welco, ça favorise le contact avec les voisins et évite de faire plusieurs kilomètres pour aller chercher son colis.” De plus, cet indépendant du Nord affirme qu’être Welcœur donne de la visibilité. Stéphane a notamment pour habitude de glisser sa carte de visite au moment de donner le colis. Nous avons également demandé à Stéphane ce que représentait pour lui la rémunération qu’il obtient grâce à Welco. Il répondra : “C’est de l’argent de poche pour mes enfants. J’ai la chance d’avoir une activité suffisante financièrement, donc cet argent sert à leur faire plaisir.” 

On vous avait dit que nos Welcœurs sont bienveillants et généreux !

Le mot de la fin 

L’interview touchant à sa fin, nous en profitons pour demander à Stéphane ce que représente la Saint-Valentin pour lui. “À mon sens c’est avant tout passer du temps avec ma femme et mes enfants. Donc pour moi, la Saint-Valentin c’est toute l’année !”. 

Stéphane est l’un des nombreux exemples de Welcœurs qui ont le cœur sur la main ! D’ailleurs, il finira par : “Continuez comme ça, Welco est un super projet qui est sur la bonne voie !”. Ça, ça fait chaud au cœur !